Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 09:45

Jeudi 6 octobre 2011

 

Faire partie d'une communauté de blogueurs permet de se raccrocher à un thème, une idée, des

souvenirs d'odeurs ou de saveurs et aujourd'hui en suivant le fil de la pelote déroulée par une

blogueuse désirant parler d'étals, de marchés couverts ou à l'air libre, voici que des photos me

reviennent en mémoire et je les partage volontiers :

 

IMGP3950.JPG

 

J'aime tout particulièrement cette photo prise sur le marché de Beaune en passant un samedi

en novembre 2010.

Chaque fois que je la regarde, elle me ravit comme un cadeau par la composition de ses

couleurs et la variété des légumes présentés sous nos yeux.

 

IMGP4604.JPG

Cette photo me rappelle un mercredi matin où j'ai emmené deux petites filles découvrir le marché

couvert de Besançon et la surprise des fillettes devant ces gros légumes.

 

Les enfants ont besoin de sortir de leurs quatre murs pour aller à la découverte de ce qui poussent,

puent ou sent bon, leur ouvre l'appétit et pour comprendre le monde vivant qui les entoure. J'essaie

de leur apporter ma modeste contribution et je découvre en même temps avec eux.

Repost 0
Published by hugoline - dans vie quotidienne
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 13:21

Dimanche 25 septembre 2011

 

Et voilà, nous voici en train de cheminer vers une lumière déclinante mais heureusement que

cette période de l'automne indien que nous vivons nous permet, pendant encore quelques jours,

de profiter du spectacle des arbres jaunissants ou rougeoyants admirés au cours de nos balades

dans la nature ou les parcs publics.

 

Ce mois de septembre a été riche en émotions et retentissements de toutes sortes :

la rentrée pour les petits et les grands mais aussi, au fil des jours, en ce qui me concerne un sentiment

de désillusion devant cetteapathie et cet immobilisme ambiant, à l'échelle planétaire, face à une montée

de la révolte despopulations duNord et du Sud prises dans un bourbier inextricable de mensonges,

de crimes et dedéni institutionnalisés.

 

Quand cesseront ces viols collectifs ou individualisés qui ne veulent pas dire leur nom, ces

massacres, ces détournements massifs d'argent effectués sous nos yeux effectués par des gouvernants

qui se disent démocratiques mais qui ne sont que des pantins manipulés par des banquiers corrompus,

sans foi ni loi ?

 

Quand donc les femmes auront enfin une véritable parole dans cette société patriarcale assoiffée de

pouvoir et qui aimerait bien revenir à un certain obscurantisme pour ne pas avoir à se justifier de ses

crimes sur les femmes et les enfants qui n'ont pas le droit de crier leurs souffrances parce qu'ils ne

sont pas entendus et encore moins reconnus ?

 

Je n'ai pas la télévision mais j'écoute la radio et ce dont je suis sûre c'est qu'il y a l'inné mais aussi

l'acquis et je souhaite à tous les opprimés de la terre qu'ils aient la chance de développer leur acquis

pour pouvoir dire un jour que, malgré leurs souffrances, ils auront eu la chance de pouvoir se libérer de

leur joug et devenir enfin des être humains libres et égaux, dans un pays en paix.. C'est tout le bien que

je leur souhaite. YALLA !

 

 

 

Repost 0
Published by hugoline - dans vie quotidienne
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 19:28

jeudi 1er septembre 2011

 

Le temps court et nous voici déjà au bord de l'automne, même s'il fait encore un peu chaud,

même s'il fait encore un peu beau.

 

Mes trois semaines de vacances ont été à la fois grises et lumineuses, festives et surréalistes car

il faut le croire, j'ai fait la rencontre d'une belle femme dont les racines font partie de ceux que l'on

appelle en Occident, le peuple Jivagos.

 

Improbable rencontre et incroyable conversation au hasard d'une balade dans les allées d'un marché

solidaire à Lorient, pendant le festival interceltique, un jour de pluie sur fond d'air de cornemuse où elle

tenait un stand d'artisanat et où je lui ai acheté des pendentifs de plumes de toucan. Elle parlait un

excellent vocabulaire français et je lui ai demandé quel avait été son chemin pour arriver  jusqu'en

Bretagne.

 

Cela ne s'invente pas et quand j'y repense, je me dis que la vie est absolument incroyable

et que jamais je n'aurais pensé qu'en allant en Bretagne, à Lorient, je rencontrerai une représentante

d'un peuple ancien d'Amérique du Sud presque totalement oublié et méconnu qui essaie de résister

et de subsiste malgré tout, même si certaines de leurs traditions ancestrales étaient de réduire les têtes

de leurs ennemis.

 

Ce sont des vacances pendant lesquelles j'ai voyagé seule, en train, ce qui a étonné une des passagères

à côté de laquelle j'étais assise pendant un trajet de quelques heures, entre Nantes et Avignon, après

avoir séjourné une dizaine de jours en Bretagne.

 

Moi, ce qui me surprend c'est que l'on puisse s'étonner encore de nos jours, qu'une femme,

en l'occurrence d'âge mûr, puisque c'est mon cas, voyage seule sans être accompagnée de qui

que ce soit pas même d'un chien, et que ce soit tout à fait naturel pour elle et sans complication.

 

J'ai adoré prendre des photos en Bretagne, en mer ou sur terre et voici celles que je préfère :

 

IMGP5577.JPG

 

IMGP5591.JPG

 

IMGP5592.JPG

 

IMGP5610.JPG

 

IMGP5614.JPG

 

Bonne rentrée à tous !

Repost 0
Published by hugoline - dans vie quotidienne
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 09:18

Mardi 19 juillet 2011

 

J'ai découvert et participé à mon premier atelier d'écriture il y a maintenant de cela quatre ans

et j'ai failli ne pas figurer sur la liste des participants, j'ai dû attendre qu'une personne se

désiste et ce fut ma chance.

 

L'animatrice était une femme à forte personnalité avec une histoire personnelle très riche, dont la vie

a été jalonnée d'épreuves qu'elle a dû surmonter et qui l'ont sans doute amenée à son parcours

universitaireet littéraire et j'ai eu énormément de chance d'avoir pu partager et rencontrer pendant

toute la durée de cet atelier un groupe d'hommes et de femmes venus d'horizons divers et je me

souviensde ce moment de ma vie comme un véritable enrichissement personnel et une nouvelle

ouverture d'esprit.

 

Il y a quelques semaines, une vieille dame qui faisait partie de cet atelier m'a recommandé de lire un

ouvrage écrit par Jacques Herman dont le titre est "les ateliers d'écriture" et j'ai découvert l'origine et

l'évolution de ce concept.

 

Comme tout le monde le sait, les ateliers d'écriture ont vu le jour aux Etats-Unis et pullulent maintenant

en Europe. Dans n'importe quelle petite ville possédant une médiathèque, on peut avoir la chance d'y

voir figurer dans la liste des associations municipales le nom d'un atelier d'écriture où quelques

personnes sont invitées, à raison d'une fois par semaine, à venir se rencontrer pour écrire.

 

C'est une aventure à tenter et qui demande, sans doute, une réflexion personnelle car on écrit et puis

on lit, chacun à son tour, les mots que nous avons alignés sur le papier pour qu'un petit texte cohérent

s'en dégage. Mais la règle de l'atelier est justement de ne pas être dans le jugement ni dans

le dénigrement d'aucun participant à ce travail mais dans le respect absolu de l'autre.

 

Ecrire consiste aussi à respecter certaines contraintes mais qui sont choisies par le groupe et les

participants ressortent de l'atelier en ayant appris plus sur eux-mêmes et les autres qu'ils ne l'avaient

pensé, au départ, et c'est en cela que l'expérience vaut la peine d'être vécue.

 

Il existe toutes sortes d'ateliers d'écriture, c'est un peu l'auberge espagnole car il en faut pour tous

les goûts.

 

Les plus grandes structures connues en France sont le CICLOP (Centre interculturel de communication,

langues et orientation pédagogique. L'origine de ces ateliers remonte à 1975 et il y a un site internet

ciclop.free.fr

 

Certains y voient l'aspect thérapeutique que l'écriture peut apporter et ce n'est pas indéniable. Les mots

peuvent guérir certains maux si tant est que notre cerveau et notre inconscient puissent y démêler

le fil d'Ariane. A chacun son outil pour avancer dans la vie et rien est à jeter sur notre chemin, tout vaut

la peine car ce sont des pépites qui brillent dans la nuit lorsque les lumières s'éteignent.

 

 

 

Repost 0
Published by hugoline - dans vie quotidienne
commenter cet article
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 18:53

Mercredi 6 juillet 2011

 

Qu'il est doux le temps du farniente !

 

IMGP2161

 

On peut se promener dans un parc et profiter du bruit de la cascade dans un coin ombragé

 

IMGP2151

 

ou bien s'allonger dans l'herbe sous les arbres et ne rien faire, seulement rêvasser et se

détendre

 

IMGP2692

 

ou encore choisir de s'asseoir à l'abri des regards et du soleil pour boire une tasse de thé

 

IMGP2709

 

ou rester là à regarder l'ombre et la lumière s'amuser à des dessins géométriques mais quoi qu'il

en soit, comme il est doux le temps de ne rien faire.

Repost 0
Published by hugoline - dans vie quotidienne
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 20:18

Lundi 4 juillet 2011

 

S'il y a bien une course qui m'a épatée, c'est celle qui a eu lieu, hier dimanche, à Besançon et qui a vu

concourir des caisses à savon.

 

Le ciel et le soleil étaient au rendez-vous et les badauds se sont massés de chaque coté de la

rue pentue pour assister à ce spectacle original et bon enfant.

 

Un, deux, trois, partez !

 

IMGP5488.JPG

 

IMGP5486.JPG

 

IMGP5485.JPG

IMGP5495.JPG

IMGP5496.JPG

IMGP5504.JPG

 

La caisse à savon est un véhicule constitué de 4 roues, d'un châssis, d'une direction et d'un moyen

pour s'arrêter.

La première course officielle avec ce genre d'engin non motorisé remonte à 1904 et s'est déroulée

en Allemagne.

C'est en 1933 aux Etats-Unis que les caisses à savon se sont développées au niveau mondial, par le

biais d'une astucieuse idée d'un vendeur qui, dans l'emballage de ces savons, a ajouté le plan d'une

voiture simple en utilisant la caisse des savons, qui était en bois à l'époque, et quelques pièces

mécaniques.

Et c'est ainsi que les constructeurs de caisses à savon se sont comptés par milliers.

Le premier grand prix fut organisé par un journaliste le 19 août 1933.

En France, c'est en 1950 que fut créé le premier derby automobile des moins de 15 ans. Tous les

participants avaient l'obligation de construire eux-mêmes leur engin.

Un prix national a vu le jour en 1981. En 1986, fut créé le comité national ainsi que le championnat

de France servant de sélection au championnat d'Europe et la boucle est bouclée.

 

IMGP5506.JPG

Repost 0
Published by hugoline - dans vie quotidienne
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 18:26

Jeudi 30 juin 2011

 

Nous voici au terme de l'année scolaire 2010-2011 et c'est aussi  la fin du cycle de l'école maternelle

pour les enfants que j'ai accompagnés pendant ces trois dernières années.

Je les ai accueillis tout juste sortis des couches culottes pour leur première rentrée à l'école maternelle

et voici que, dans deux mois, ils vont passer dans la grande école, au CP, là où ils vont apprendre à

lire et à écrire.

 

Nous avons échangés tant et tant de choses qu'ils ont déjà oubliées mais tout ce qui importe c'est

qu'ils sont  épanouis et heureux d'être là, bien vivants, prêts à continuer avec une envie et une

curiosité qui, je l'espère, ne les quittera pas, c'est tout le grand bien que je leur souhaite.

 

Bon vent et bel été à tous !

Repost 0
Published by hugoline - dans vie quotidienne
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 10:45

Vendredi 27 mai 2011

 

Entendre des sons ou un mot peut être suffisant pour voyager à travers les continents, le temps

et l'espace et ce matin, à travers les ondes radio, quelqu'un a prononcé le mot "calotte" en parlant

de la calotte glaciaire des pôles.

 

Ce mot m'a fait penser à la calotte du crâne et donc au chapeau, la calotte rouge du cardinal.

 

La calotte peut être une camelote ou devenir une carotte qui ,si l'on n'y prend pas garde,

va se retrouver transformée en mitre sur la tête de l'archevêque ou en bicorne sur la tête du polytechnicien,

têtes bien pleines et bien faites, n'est-ce pas l'expression consacrée ?

 

Nous sommes loin de la période glaciaire et les dinosaures ou les mammouths de cette époque-là

avaient autre chose à faire que de s'occuper de leur couvre-chef.

 

De nos jours, la calotte glaciaire nous sert de référence pour comprendre ce qu'a été l'histoire de

l'humanité et surtout de notre planète, pourvu qu'elle ne nous fasse pas tourner en bourrique ou

nous faire perdre le peu que nous avons engrangé dans le ciboulot !

Repost 0
Published by hugoline - dans vie quotidienne
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 12:51

Vendredi 13 mai 2011

 

Le mot balcon existe depuis quelques siècles déjà et était-il d'abord réservé aux personnes

de la haute société. Celui-ci m'a fait penser au petit balcon dans la pièce de Shakespeare d'où

Juliette écoute son Roméo, l'amour toujours l'amour.

 

IMGP3602

 

Cette façade est l'une des plus vieilles de Besançon et vous remarquerez la seule herbe qui a eu

l'audace d'y pousser. Pour la petite anecdote, après avoir pris cette photo, j'étais allée faire un

tour et  lorsque je suis repassée un peu plus tard, j'ai remarqué que la plantes'était envolée sans

doute à cause d'un coup de vent. On est vraiment bien peu de chose !

 

Un balcon est aussi un endroit où l'on peut bavarder, flâner, boire et manger et cette magnifique façade

datant de l'époque Renaissance donne à voir et à imaginer.

 

IMGP2284

 

Je vous emmène à présent sur les quais de la rivière du Doubs et en me promenant le nez en

l'air, j'ai aperçu ce balcon s'ouvrant vers le ciel

 

IMGP3780

 

Enfin, de retour chez moi par cette belle journée, j'ai regardé par la fenêtre et les voisins d'en face

avaient tiré les stores pour avoir un peu d'ombre

 

IMGP2118

 

"Il y a du monde au balcon" signifie que la personne a une poitrine opulente mais cela est une autre

histoire.

Repost 0
Published by hugoline - dans vie quotidienne
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 19:25

Jeudi 5 mai 2011

 

Depuis quelques jours, les acacias de mon quartier sont absolument couverts de fleurs blanches

en grappesparfumées mais les branches sont tellement hautes, et chaque année à la même époque,

je repense à ces beignets sucrés ou salés que je confectionnais en avril-mai, il y a déjà longtemps.

 

Ce mot "beignet" me plaît car il me donne faim, je sens l'odeur de la pâte qui gonfle dès qu'on la plonge

dans l'huile brûlante, mes papilles et mon imaginaire sont en alerte et toutes les fleurs de courgettes,

d'acacias et autres plantes qui se mangent fabriquent une guirlande qui vient me titiller les narines et

me faire regretter le temps du potager.

 

Mais savons-nous vraiment l'origine du mot "beignet" ? Cela viendrait du mot  "bun" d'origine celte qui

veut dire souche d'arbre mais aussi de "buygne" qui signifie bosse.

 

Scampi désigne les crevettes en beignets et les tempuras, mot japonais, parlent de beignets très

légers et croustillants de légumes ou de poissons que j'ai eu le plaisir de déguster dans le Pays du

Soleil Levant, l'été dernier.

 

Pour arrêter de saliver, parlons un peu argot : "Je vais te claquer le beignet" (je vais te gifler au visage),

cette fois-ci on ne rigole plus, on montre les dents et on devient tout rouge, fou furieux même.

 

On n'a plus vraiment faim et on rase les murs ou bien on prend ses jambes à son cou et on ne fait plus

trop le mariole. Des fois, on se demande ! Ce doit être l'époque qui veut ça ou bien l'air du temps.

Enfin, vivent les beignets et puis pour le reste, on attendra les cerises !

 

Repost 0
Published by hugoline - dans vie quotidienne
commenter cet article

Présentation

  • : à chacun son pas
  • à chacun son pas
  • : Chaque matin est un nouveau pas vers l'inconnu alors suivons notre guide et partageons le chemin.
  • Contact

Profil

  • hugoline
  • Me voici à la retraite et ravie de tout ce temps qui m'est donné pour profiter de la vie et des gens. J'aime la nature, voyager, découvrir  et partager.
  • Me voici à la retraite et ravie de tout ce temps qui m'est donné pour profiter de la vie et des gens. J'aime la nature, voyager, découvrir et partager.

Recherche

Liens