Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 15:35

Dimanche 11 juin 2017

Le Cirque Plume a décidé que ce serait sa dernière création, son dernier spectacle, la

dernière saison.

J'aime bien cette idée qu'un cirque décide de s'arrêter parce que le temps l'a rattrapé

dans tous ses corps, ses arabesques, ses folies, sa poésie, tout restera suspendu

quelque part dans la tête des enfants et que les émotions, la joie et le plaisir partagé

resteront même si le chapiteau dans trois ans aura plié définitivement bagage.

Merci en tout cas de nous avoir ému et fait rêver.

Repost 0
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 08:32

Mardi 30 mai

Suite et fin de mes balades en ville pendant ce long week-end de l'Ascension sous un

ciel bleu et une lumière estivale.

 

 

balade matinale en douceur
balade matinale en douceur
balade matinale en douceur
balade matinale en douceur
balade matinale en douceur
Repost 0
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 20:43

Lundi 29 mai

Samedi fut une journée particulièrement chaude (entre 30 et 35°C) et pour sa 7è édition

le Festival Bien Urbain créé à Besançon proposait sa première visite guidée et j'ai pris

quelques photos pendant la déambulation au plus chaud de l'après-midi.

 

 

 

Festival Bien Urbain
Festival Bien Urbain
notre guide Chloé et le logo du festival sur son sac

notre guide Chloé et le logo du festival sur son sac

Festival Bien Urbain
Festival Bien Urbain
Festival Bien Urbain
Festival Bien Urbain
Festival Bien Urbain
Festival Bien Urbain
peinture murale de Ericailcane

peinture murale de Ericailcane

Repost 0
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 18:12

Dimanche 28 mai 2015

Ce fut un long week-end de l'Ascension et j'en ai profité pour aller visiter l'exposition

temporaire installée au Musée du Temps, Palais Granvelle à Besançon.

 Sous le pseudo de Ericalcaine se cache un artiste discret absolument polyvalent et

connu dans le monde entier. Il utilise tous les supports avec un dessin précis et naturaliste

(métier du père dont il a hérité le goût et l'expression engagée) qui nous fait entrer

dans un univers à part.

A l'âge de 5 ans, Léonardo dessine ce qui l'entoure et imagine des êtres bizarres,

son père qui a conservé tous ses dessins les lui a renvoyés des années plus tard.

Leonardo depuis devenu Ericalcaine a repris ses dessins et les a interprétés avec sa

vision d'adulte en utilisant sa technique et sa sensibilité.Son oeuvre est étrange et

nous renvoie à nos propres souvenirs d'enfant, elle nous questionne sur le monde

d'aujourd'hui et sur notre rôle d'être vivant.

Voici quelques photos de cette déambulation dans le musée :

 

avant

avant

après

après

avant

avant

après

après

avant

avant

après

après

avant

avant

après

après

avant

avant

après

après

Et lorsqu'on arrive à la fin de la visite, il y a un dessin spécialement dédié par l'artiste à

cet évènement qui représente une grenouille énorme avec des gants de boxe.

Ce dessin restera le temps de l'exposition puis sera détruit, c'est le voeu de Ericalcaine.

 

Les âges de la vie : Potento di fuoco
Repost 0
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 09:55

Mardi 2 mai 2017

Nous voici début mai, les arbres ont retrouvé leur feuillage et la rivière continue calmement

à suivre son cours

 

Land art au bord du Doubs

Dimanche après-midi, le soleil était au rendez-vous et nous nous sommes retrouvés

l'âme bucolique à glaner ici et là ce que la nature nous proposait puis nous avons disposé

brindilles, feuilles et fleurs, selon notre gré et notre imaginaire, ce qui a donné des

créations éphémères tout à fait singulières mais qui font tellement de bien à l'âme et

au coeur.

 

Land art au bord du Doubs
Land art au bord du Doubs
Land art au bord du Doubs
Land art au bord du Doubs
Land art au bord du Doubs
Land art au bord du Doubs
Land art au bord du Doubs
Repost 0
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 10:13

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j’ai pu me relaxer.

Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle
n’étaient rien d’autre qu’un signal
lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.

Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé de vouloir une vie différente
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive
contribue à ma croissance personnelle.

Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus
dans le fait de forcer une situation ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux,
sachant très bien que ni la personne ni moi-même
ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment…
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… le Respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire,
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Amour propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre
et j’ai arrêté de faire de grands plans,
j’ai abandonné les méga-projets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime
quand cela me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison,
et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert … l’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois.
Et cela s’appelle… la Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur,
elle devient une alliée très précieuse !
Tout ceci, c’est… le Savoir vivre.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter car du chaos

naissent les étoiles.

Poème de Kim Mc Millen publié en 2001

 

 

Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 19:55

Jeudi 19 janvier 2017

Ce mois de janvier n'en finit pas de s'écouler, je le trouve long sans doute à cause de

ce froid qui nous transperce et qui s'accroche aux toits, aux trottoirs, alors un peu de

poésie douce, fragile, un large sourire lumineux et une danse de la vie, hop !

Repost 0
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 15:01

Mardi 18 octobre 2016

Je regarde souvent en décalé sur internet des documentaires présentés par ARTE et

hier soir je suis tombée sur un reportage absolument complet et passionnant sur le

travail et la vie de Hergé, je vous le partage ici.

Tintin, ce personnage qui n'a l'air de rien, à première vue, et que j'ai découvert, enfant,

en lisant les bandes dessinées de mon cousin, m'a donné le goût des voyages

et de l'ailleurs, j'en suis sûre. Pas seulement lui car je lisais beaucoup mais il y a fortement contribué.

A l'époque, je ne me préoccupais pas de son créateur et le capitaine Haddock était

l'autre personnage préféré de ces aventures dessinées, il me faisait rire avec son

aspect rude et colérique et ses insultes que je répétais à haute voix.

Tintin, c'est une silhouette, c'est moi, c'est n'importe quel lecteur embarqué par ces

histoires d'aventure et ce graphisme génial qui n'ont pas pris une ride.

Repost 0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 13:58

Mercredi 4 novembre 2015

Marguerite Duras est un personnage à part dans la littérature française et à travers quelques

extraits de son livre "Ecrire", je découvre une personne d'une humanité émouvante et d'une solitude

extrême qui me touche.

"Je crois que c'est ça que je reproche aux livres, en général, c'est qu'ils ne sont pas

libres. On le voit à travers l'écriture : ils sont fabriqués, ils sont organisés, règlementés,

conformes on dirait. Une fonction de révision que l'écrivain a très souvent envers lui-

même. L'écrivain, alors il devient son propre flic. J'entends par là la recherche de la bonne

forme, c'est-à-dire de la forme la plus courante, la plus claire et la plus inoffensive.

Il y a encore des générations mortes qui font des livres pudibonds. Même des jeunes :

des livres charmants, sans prolongement aucun, sans nuit. Sans silence. Autrement dit:

sans véritable auteur. Des livres de jour, de passe-temps, de voyage. Mais pas des

livres qui s'incrustent dans la pensée et qui disent le deuil noir de toute vie, le lieu

commun de toute pensée.

Je ne sais pas ce que c'est un livre. Personne ne le sait. Mais on sait quand il y en a un.

Et quand il n'y a rien, on le sait comme on sait qu'on est, pas encore mort.

Chaque livre comme chaque écrivain a un passage difficile, incontournable. Et il doit

prendre la décision de laisser cette erreur dans le livre pour qu'il reste un vrai livre,

pas menti. La solitude je ne sais pas encore ce qu'elle devient après. Je ne peux pas

encore en parler. Ce que je crois c'est que cette solitude, elle devient banale, à la longue,

elle devient vulgaire, et que c'est heureux.

Quand j'ai parlé pour la première fois de cet amour entre Anne-Marie Stretter, l'ambassa-

drice de France à Lahore, et le vice-consul, j'ai eu le sentiment d'avoir détruit le livre, de

l'avoir sorti de l'attente. Mais non, non seulement ça a tenu, mais ça a été le contraire.

Il y a aussi les erreurs des auteurs, des choses comme ça qui sont en fait des chances.

C'est très enthousiasmant les erreurs réussies, magnifiques, et même les autres, celles

faciles comme relevant de l'enfance, c'est souvent merveilleux.

Les livres des autres, je les trouve souvent "propres", mais souvent comme relevant

d'un classicisme sans risque aucun. Fatal serait le mot sans doute. Je ne sais pas.

Les grandes lectures de ma vie, celles de moi seule, c'est celles écrites par des hommes.

C'est Michelet, Michelet et encore Michelet, jusqu'aux larmes. Les textes politiques aussi

mais déjà moins. C'est Saint-Just, Stendhal et bizarrement ce n'est pas Balzac.

Le Texte des textes, c'est l'Ancien Testament.

Je ne sais pas comment je me suis tirée de ce qu'on pourrait appeler une crise, comme

on dirait crise de nerfs ou crise de lenteur, de dégradation, comme serait un sommeil

feint. La solitude c'était ça aussi. Une sorte d'écriture. Et lire c'était écrire."...

Repost 1
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 20:33

Samedi 17 octobre 2015

L'automne s'installe et cet après-midi j'ai pu écouter avec intérêt bien au chaud la Conservatrice

de la Bibliothèque des Archives de Besançon nous remémorer la courte vie de Louis Pergaud,

né dans un petit village près de Besançon, à Belmont, en 1882, et fauché le 8 avril 1915 près

de Verdun pendant l'effroyable guerre des tranchées.

"La guerre des boutons" est le livre que nous avons retenu car il a fait l'objet de plusieurs films

dont le plus célèbre reste celui de Yves Robert mais j'ai pu écouter des extraits du recueil de

nouvelles intitulé "De Goupil à Margot" sous-titré "histoires de bêtes" publié en 1910 et j'ai été

très surprise par le ton, les mots et le style moderne des descriptions d'animaux sauvages

vivant dans les bois dont Pergaud nous fait percevoir la rage de vivre malgré la bêtise humaine.

Rien n'a changé aujourd'hui en ce qui concerne les rapports humains envers les animaux que

nous traitons encore comme de vulgaires objets.

C'est ce recueil de nouvelles qui a reçu le Prix Goncourt cette année-là alors que restaient

en lice Apollinaire et Colette qui convoitaient le prix.

Pergaud est mort à l'âge de 33 ans et toute son oeuvre est publiée au Mercure de France.

Il était avant tout républicain dans l'âme et anti-militariste, son corps n'a jamais été retrouvé.

Repost 0

Présentation

  • : à chacun son pas
  • à chacun son pas
  • : Chaque matin est un nouveau pas vers l'inconnu alors suivons notre guide et partageons le chemin.
  • Contact

Profil

  • hugoline
  • Me voici à la retraite et ravie de tout ce temps qui m'est donné pour profiter de la vie et des gens. J'aime la nature, voyager, découvrir  et partager.
  • Me voici à la retraite et ravie de tout ce temps qui m'est donné pour profiter de la vie et des gens. J'aime la nature, voyager, découvrir et partager.

Recherche

Liens