Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 17:27

Samedi 12 février 2011

 

Depuis que j'ai entendu Kenneth White il y a deux jours à la radio, j'ai voulu en savoir plus sur

cet écrivain et poète mais pourquoi ? Tout simplement parce qu'il a parlé d'une façon enthousiaste

avec des mots à lui de son expérience de vie et de ses pérégrinations.

Il a employé le mot "nomade" et a dit avoir fui son pays l'Ecosse car il ne voulait pas être comme les

autres Ecossais, il a quitté son pays pour découvrir d'autres façons de vivre et il a changé plusieurs fois

d'endroits de vie.

Il a choisi depuis quelques années de vivre en Bretagne et continue ses recherches sur le

nomadisme intellectuel.

 

Aujourd'hui, en passant à la médiathèque, j'ai demandé quels étaient les ouvrages disponibles de

cet écrivain et j'ai rapporté chez moi un tout petit livre que l'on peut facilement mettre dans la poche d'une

veste qui s'intitule "Déambulations dans l'espace nomade" édité en 1995 puis un autre plus ancien,

"L'esprit nomade", édité en 1987.

 

C'est le tout petit livre que j'ai commencé à lire et les premières pages situent tout à fait l'esprit

et la quête de Kenneth White. Il parle de poésie, plus exactement de "géopoétique" et c'est ce qui

m'intéresse dans ce personnage car il soulève une montagne de questions lorsqu'il écrit ceci :

 

"C'est après avoir nomadisé en Afrique Orientale, en Arabie, en Anatolie, que l'homme arrive à

Lascaux, à la Madeleine, à Pech-Merle, à Niaux et à Altamira, où il s'installe dans les grottes.


Au moment où j'écris ces notes, on vient de découvrir celle de la Combe-d'Arc en Ardèche.

Voilà encore une fois, des bisons splendides, des rennes extraordinaires, des rhinocéros sublimes:

rouges, jaunes, noirs.

 

"Mais je suis peut-être plus fasciné encore par ces lignes blanches qu'un silex a dégagées dans

la surface pigmentée de la paroi : ce cheval, ce hibou, -er par le crâne d'ours posé sur un bloc de

pierre. Certes, je n'en tire aucune conclusion : l'association seule me plaît, sans que je lui impose une

interprétation (je me dis seulement que, moi, pour des raisons soit cultuelles, soit esthétiques, soit

les deux, j'aurais posé le crâne autrement...)

 

"Au moment de la découverte, le conservateur général du patrimoine français, président du Comité

international d'art rupestre, déclare que "dans ce métier, il faut se méfier des esprits poétiques".

 

"D'un si éminent scientifique, on aurait pu s'attendre à un peu plus de précision de langage. Qu'il

faille se méfier de l'imagination facile, des interprétations fantaisistes, c'est certain. Et c'est ce qu'il

aurait fallu dire.

 

"L'esprit poétique, c'est autre chose. C'est sans doute ce qui manque le plus audit patrimoine.

C'est pour cela que l'esprit véritablement poétique est plus proche sans doute de l'homme de Cro-

Magnon que des spécialistes d'art rupestre. Continuons à voyager, essayons de voir."

 

Je vais continuer la lecture de ce petit livre jusqu'au bout et je reviendrai vous parler de mes

pérégrinations entre les lignes. Enfin, un langage différent et une vision plus large du prêt

à penser que l'on nous sert un peu trop souvent.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : à chacun son pas
  • à chacun son pas
  • : Chaque matin est un nouveau pas vers l'inconnu alors suivons notre guide et partageons le chemin.
  • Contact

Profil

  • hugoline
  • Me voici à la retraite et ravie de tout ce temps qui m'est donné pour profiter de la vie et des gens. J'aime la nature, voyager, découvrir  et partager.
  • Me voici à la retraite et ravie de tout ce temps qui m'est donné pour profiter de la vie et des gens. J'aime la nature, voyager, découvrir et partager.

Recherche

Liens