Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 09:43

Samedi 2 juillet 2011

 

Le contraste entre le jour et la nuit, l'ombre et la lumière sur toutes choses dans notre vie

quotidienne est à la fois étrange et fascinant car, selon le regard ou l'attention que nous portons sur ce

phénomène, cela peut influencer notre façon de vivre ou d'être.

 

Le livre écrit en 1933 par Tanizaki Junichirô intitulé "Eloge de l'ombre" nous transporte dans un univers

qui lui est personnel mais qui nous amène à notre propre réflexion sur un certain esthétisme et une

manière d'être face à ce qui nous entoure.

 

C'est un livre dont le style pourrait sembler désuet et décalé mais qui me surprend encore par sa

vision sur la simplicité des choses et je pense que cet écrivain aurait pu également être un grand

photographe.

 

En voici un extrait :

 

"La cuisine japonaise, a-t-on pu dire, n'est pas chose qui se mange, mais chose qui se regarde ;

dans un cas comme celui-là, je serais tenté de dire : qui se regarde et, mieux encore, qui se médite !

Tel est, en effet, le résultat de la silencieuse harmonie entre la lueur des chandelles clignotant

dans l'ombre et le reflet des laques.

Naguère, le Maître Sôseki célébrait, dans son Kusa-makura, les couleurs des yôkan et, dans un sens,

ces couleurs ne portent-elles pas elles aussi à la méditation ?

Leur surface trouble, semi -translucide comme un jade, cette impression qu'ils donnent d'absorber

jusque dans la masse la lumière du soleil, de renfermer une clarté indécise comme un songe, cet

accord profond de teintes, cette complexité, vous ne les retrouverez dans aucun gâteau occidental.

Les comparer à une quelconque crème serait superficiel et naïf."


..."Tous les pays du monde ont certes dû rechercher les accords de couleurs entre les mets, la

vaisselle et même les murs ; la cuisine japonaise en tous cas, si elle est servie dans un endroit

trop bien éclairé, dans de la vaisselle à dominante blanche, en perd la moitié de son attrait.


La soupe au miso rouge, par exemple, que nous consommons tous les matins, voyez un peu sa

couleur, et vous comprendrez aisément qu'on l'ait inventée dans les sombres maisons d'autrefois.

Il m'est arrivé un jour, convié à une réunion de thé, de m'y voir présenter du miso, et cette soupe

bourbeuse, couleur d'argile, que j'avai toujours consommée sans y prêter attention, je lui découvris

soudain en la voyant, à la diffuse lueur des chandelles, qui stagnait au fond du bol de laque noir,

une réelle profondeur et une teinte des plus appétissantes.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

clara65 03/07/2011 18:18


Bonsoir Hugoline,
Très intéressant ton article qui m'apprend plein de choses.
Je vais mettre des photos "entre ombre et soleil" pour te suivre, sur mon blog.
Bises et bonne soirée.


Suzanne 02/07/2011 15:09


Merci d'être passé par ici Thaddée et je suis allée voir l'autre éloge dont vous me parlez, que de choses à découvrir:-)


Thaddée 02/07/2011 14:17


Vous ne serez peut-être pas insensible au "petit éloge de la douceur"...http://thaddee.over-blog.com/article-petit-eloge-de-la-douceur-76332702.html


Présentation

  • : à chacun son pas
  • à chacun son pas
  • : Chaque matin est un nouveau pas vers l'inconnu alors suivons notre guide et partageons le chemin.
  • Contact

Profil

  • hugoline
  • Me voici à la retraite et ravie de tout ce temps qui m'est donné pour profiter de la vie et des gens. J'aime la nature, voyager, découvrir  et partager.
  • Me voici à la retraite et ravie de tout ce temps qui m'est donné pour profiter de la vie et des gens. J'aime la nature, voyager, découvrir et partager.

Recherche

Liens